identité, racines, nationalité

Les Français !
En voilà qui commencent sérieusement à me courir sur le haricot.
Je suis Français, d’origine arabe. Qui plus est auvergnate. Ça remonte au temps de Charles Martel. Un ancêtre devenu copain avec le duc Eudes (suite à une querelle qui l’avait opposé à Abd-el-Rahman), de qui il avait reçu des terres en Auvergne, en 733 pour avoir combattu à ses côtés contre les Omeyyades. Il avait pris et fait racines dans ce coin que ses descendants n’avaient jamais quitté.

Mon ancêtre à la bataille de Poitiers

Mon ancêtre, Pierre C.J. Vaissiere, à la bataille de Poitiers

Je suis français, quoique basané, les gènes des moricauds n’étant que peu récessifs. Bronzé, plutôt gris, comme le disent certains. Pas de conseil à leur donner, mais ils feraient bien de consulter un ophtalmo.

Bronzé, mais également râblé, nez légèrement busqué et cheveux noirs bouclés. Bref, un vrai auvergnat qui devient Français en déplacement à l’étranger, mais étranger en France.
Sur la ligne “nationalité”, ma carte d’identité indique “française”. Mais compte tenu de la façon dont on s’adresse à moi depuis quelques temps et de plus en plus souvent, je me demande pourquoi. Erreur d’une préfecture ? Même en 1940, mon père n’avait pas connu ça.
Certes, mes ancêtre ne s’étant installés en France il n’y a quère que 1300 ans, je comprends qu’on doute de mes origines… et de ma nationalité que pourraient pourtant valider un teint clair ou une enveloppe bien garnie que mes origines auvergnates, si j’avais quelque fortune, m’interdiraient quoiqu’il en soit de tendre à “qui de droit”.

Carte d’identité sous les yeux, je me demande ce que je pourrais bien en faire.
D’une surface réduite, son grammage est trop élevé pour un usage intime d’urgence auquel je pense. Compte tenu de son manque d’épaisseur, la garder pour caler une table s’avère idiot. La vendre à un malfrat ? À un collectionneur ? L’offrir à une institution de préservation des chefs-d’œuvre en péril ?

Vous feriez quoi, à ma place ?


Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans humour, identité, image, pan !, société, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s