2 novembre – Faites des morts

Faites des morts, qu’ils ont dit dans le poste.
Armé jusqu’aux dents je suis descendu dans la rue et en un rien de temps, parce que j’ai toujours obéi, j’ai descendu le plus de monde possible.
Après, comme dans le poste ils avaient comme conseillé qu’on y dise avec des fleurs ou un truc comme ça, pas un mort sur qui j’ai point posé quèques œillets que j’ai pris sur le rond-point d’à côté de chez nous, que la ville ils fleurissent, que j’ai jamais compris qu’ils fassent pas autre chose avec l’argent des impôts.
J’ai toujours aimé les œillets. Il y en a qui disent que c’est des fleurs que ça porte malheur et tout. Moi je trouve pas.
Après je m’ai rendu en mairie au cas, que je m’ai dit, qu’ils donnent une prime.

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans citoyenneté, folie, pan !, vivre et mourir, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s