Une famille en or

AVERTISSEMENT : Toute ressemblance avec qui que ce soit ne serait qu’invraisemblance.
Si les termes de Tunisie, dictateur, intérêts, pouvoir, magouilles, ministre, affaires, politique… n’apparaissaient pas, cela ne serait dû qu’à un regrettable oubli.

Toute seule sur une plage, pauvre petite fille riche, toute seule ô si seule…
Mais qu’est-ce qu’ils ont à l’embêter avec ces histoires ? D’abord ce sont SES histoires, et ses parents, ce sont LEURS histoires, ni les siennes et encore moins les nôtres. Voilà une famille unie, une fille qui aime ses vieux parents qui le lui rendent bien, et quoi ? une meute de jaloux s’insurge contre ce qui n’est, somme toute, qu’une magnifique histoire d’affection entre une fille et ses vieux parents qui ont tout de même bien le droit d’aller passer quelques jours au soleil. Les rhumatismes, vous y avez pensé ?

— Comment ça, ils n’auraient pas mis que leurs seuls vieux os au soleil. Ça veut dire quoi ?
— Ils auraient acheté des biens pour leurs vieux jours, rugby rubis sur l’ongle. Des parts d’une société qu’ils auraient rachetées à un ami en difficulté. C’est ce qu’on dit. Un ami pas très clair, si vous voyez c’que j’veux dire…
— Vous plaisantez. Et leur fille, elle en dit quoi ?
— Que ça ne la regarde pas, et que ça ne nous regarde pas.
— Je suis bien d’accord, je ne vois vraiment pas en quoi ça nous regarderait. Mais combien de temps comptent-ils vivre encore, le papa et la maman ? Et après, lorsqu’ils seront morts, qui va hériter de leurs biens ?
— Leur fille, c’te blague. Et c’est bien le genre à les avoir poussés à investir dans cette affaire.
— Alors là, je ne vous suis pas. Elle n’y peut tout de même rien si ses parents chéris veulent lui assurer un minimum de sécurité matérielle.
— Ben tiens ! Et ce que son papounet avait racheté aux fins fonds du sud-ouest, vous allez me dire que c’était pas sur les conseils de sa fifille ?
— Mais j’en sais rien, moi… Puis après tout elle en aurait le droit, et ensuite je vois pas pourquoi elle dirait que les affaires de ses parents ça ne la concerne pas. Vous voyez le mal partout.
— Vous trouvez pas ça bizarre, vous, qu’elle parte en vacances avec ses parents, que son père fasse des affaires (et pas avec n’importe qui), qu’elle dise qu’elle n’a rien à y voir, que ça ne la regarde pas et que son père est un grand garçon qui a le droit de faire ce qu’il veut sans qu’elle s’en mêle ? Fais tes petites affaires mon papounet, je vois rien, j’entends rien et d’ailleurs je ne suis pas là.
Au point où elle en est, elle serait tout aussi bien capable de dire qu’elle ne voit vraiment pas qui est ce monsieur, qu’elle ne l’a jamais vu et qu’il ne lui a jamais été présenté. Vous verrez…

.

Je vous le disais, rien que des jaloux.

Quant à la fifille, au lieu de lui chercher des poux, chacun devrait plutôt lui rendre hommage pour son courage à défendre ses vieux parents fragiles qui ont quand même le droit de vivre comme ils l’entendent. Surtout pour le temps qu’il leur reste à vivre.

 

 

 

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans actualités, famille, parents, enfants, politique, économie, projection, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s