Système, parasite, anti-parasite

— C’est quoi ton boulot ?
— Démarchage.
— J’sais pas si j’aurais aimé. Frapper aux portes et tout ça.
— Démarchage à domicile. Je bouge quasiment pas de chez moi, quoi.
— Et tu bosses combien d’heures ?
— Ben… attends que je calcule… P’têt pas loin d’une dizaine d’heures, quand même.
— Non, j’aurais pas aimé. C’est qu’i faut les tenir les dix heures. Et c’est tous les jours ?
— Tu déconnes ou quoi ? Par mois. Dix heures par mois. Tu me vois bosser 10 heures par jour ? Le con !
— Et ça gagne bien ?
— Pas à me plaindre. Y’a mieux, mais y’a pire.
— Mais… ça consiste en quoi, ton boulot ?
— Le plus gros morceau, c’est l’asssitante sociale, pour le RSA, la sécu, l’aide sociale. Deux heures, deux heures et demi, jusqu’à 3, si on boit le café. Des fois je fais ça au téléphone ; la galère. Après c’est les restaus du coeur : tranquille 3 heures, à cause des files d’attente. Après j’ai quoi ? Les bureau des pleurs : EDF, SNCF, transports urbains, centre culturel et deux ou trois autres conneries, pour le tarif chômdu. Plus quelques minutes par ci par là à dénicher les combines qui me permettent de grapiller quèque pognon. Cool. Et toi, tu bosses ?
— Mouais. Je suis contrôleur.
— Cooooooool, les voyages à l’oeil et tout ça… T’aurais pas des combines ?
— J’t’explique : mon boulot, ça consiste à contrôler les gros connards qui profitent du système mais qui passent leur temps à gueuler après ; les grosses feignasses qui glandent que dalle et sautent les pétasses dont les mecs sont au turbin ; les poivrots qui laissent leurs canettes vides sur les trottoirs ; les enfoirés qui, ayant tout leur temps, s’accrochent comme des morpions aux terrasses des bistrots et m’empêchent de me poser le cul au soleil ; les ducons la joie qui tapent le carton ou font la java jusqu’à pas d’heure et m’empêchent de dormir ; les salopiots qui, parce qu’ils s’emmerdent et parce qu’ils n’ont aucun projet de vie se la jouent déprime, vont chez le psy et lui posent un lapin sans que ça leur coûte rien, et qui en plus n’en ont rien à foutre du trou de la sécu ; bref, tous les parasites comme toi qui me tapent méchamment sur le système. Ça te va ?
— Ça me va. Mais jt’emmerde, pôv tache.

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans affaires, business, activités, humeur, savoir vivre, société, est tagué , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s