Perdition, errance, détresse et impasse

Ascouzi moa si ja porte li niqab. A tri jouli niqab avic tri jouli image q’al son daciné dicis. Sir la parti di la tite, la couté darière, c’i aprimé la foto l’ayatoula Ramenèye, tri jouli. Sir la couti face, ja vouli mitre li profète, ci pa poucible a couse l’atirdi, alour qalqin la ciloul a mi la portrète Nicoula Sarqouzi. Ci tri jouli. Sir li divan, j’a dassiné  tri jouli itoil avec ci brache, q’al brille come l’our, c’i joune mé c’i pa di l’our. Sir la bracelé q’i m’a mi al poigni c’i acri Rapoublic Francise tot piti. C’i pas moa l’a acri.

A dici la porte la chombre, c’i acri ciloul. A la tribounal, c’i acri Tribounal. Sir li papié avouca a douné, c’i acri apatride.
Sir carte l’identati, ça rien acri, la carte ja l’i pa. C’i la poulice ma péhi l’a pri. Dihor la tribounal, c’i acri Labarti, Agaliti, Fratarniti q’al a di l’avouca. C’i jouli. Moa il si pa qoa ça vi dir.
Sir la po li do, c’i rien acri, c’i jouste li dacin q’al a fé li foué la poulice o péhi. Le chiviye, c’i jouli dessin q’al a fait li chène la ciloul o péhi. Sir li fron, ja si pa qoa c’i acri, mé c’i pa acri honte, ni acri vouleur, ni acri assacin, mé y en a qi dize ja soui vouleur tirouriste, tot ça, c’i pa vri.

J’a qiti ma pays qan la poulice il a vinou toué li zenfon, li mari, li papa i tot la famille, apris la poulice a brouli la mizon. Apré q’il m’a batu la poulice il m’a jiti nu dans la ru.
Niqab c’i cado voazin o péhi. Li dacins i dize  jème tote la monde. Ils son tos tri jonti tot le monde.

Ascouzi ja couse tri mal la francèse, c’i une dame ciloul avic moa l’a acri. Al m’a di parle, j’acri et apri ja doune la litre avouca.
Ja soui dizouli ambété li jondarme. Il son jonti, il ma douné un ticheurte é un pantalon, cé grande coulote. La poulice mon péhi, ci a cose ja pourté grande coulote et ticheurte q’al ma batu a cose l’atirdi.
La Fronce avec la prasident é la poulice qui son jonti qe ja si pa ou alé. La ciloul c’i pareil mizon, il fé cho é y a mangé. C’i doumage li zenfon pas connu la ciloul ici avec mangé é bien cho qe dihors c’i pa cho en iver o péhi.
C’i qel péhi tu vi a di la poulice. Ja si pa. C’i qoa la longue on parle ton péhi. Ja si pa. Ja si rien. La nui dan ciloul li chagrin é venu a coze li peti et la mari. J’a pa plouré j’a plou li larm, qe la poatrine seré avic la gourje.

Sir li mur la ciloul c’i acri JAMERDE LI JONDARM I LA MARIEJOSÉ avec un pas tri jouli dessin pareil tite de maur. C’i la dame ciloul avic moi l’a dit.
Ja si pa ce qe ja va divinir mé ja si pa ce qe cé divinir. 

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans actualités, écrits libres, identité, littérature, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s