Les prisons de Kadhafi le visionnaire

D’un désert à une terre fertile, l’œuvre géniale du non moins génial Kadhafi

La Libye c’est grand, très grand. La Libye c’est beau et ça le serait un peu plus si on y importait des vraies montagnes. La libye c’est donc plutôt plat, comme on peut le deviner quand on sait qu’importer des montagnes est une tâche si ardue que Hercule s’était résigné à ne pas l’entreprendre, laissant à douze le compte de ses travaux et à sept celui des merveilles du monde. Du coup, et comme rien ne fait vraiment barrière aux vents brûlants du désert, la Libye est aride, sèche comme un coup de trique ou comme une patte mouille sur laquelle on aurait oublié le fer à repasser. Conséquence : sauf  dans une paire de plaines côtières, la terre stérile ne permet d’autre culture que celle des cailloux dont on connaît la faible valeur nutritionnelle, aussi la Libye ne pouvait-elle subvenir à ses besoins alimentaires, vacherie !

« Que faire ? » S’était dit dans sa langue natale Mouammar Kadhafi, chef bien aimé d’un peuple bien aimé en retour, pour peu que ce dernier (des derniers) lui cirât les bottes –désir légitime dans ce pays où le vent a une fâcheuse tendance à saloper ce qu’il trouve sur son passage. « La Libye, ma Libye brûlée par le soleil aurait un avenir radieux si tomates, concombres, aubergines, courgettes et grenades y poussaient » avait-il déclaré lors d’un discours officiel avant que ne lui vienne une vision. Car Mouammar était un visionnaire.

C’est ainsi qu’il avait conçu le projet pharaonique d’une rivière. Une rivière artificielle traversant le pays du sud au nord, et vice-versa, si besoin. Un tuyau super géant, sur plus de 3000km, qui permettrait de remplir tous les arrosoirs du pays et d’assurer à ce dernier l’autosuffisance alimentaire. Une merveille qui ramènerait au rang de broutille les sept autres et ferait plus d’ombre à Hercule que n’en font les hauts murs des prisons libyennes aux opposants au régime, ou simples détracteurs.
Les eaux fossiles sahariennes feraient l’affaire, des irrigations et des oasis artificielles permettraient cultures fourragères et maraîchères, youpi !

Aussitôt dit, aussitôt fait, une fois mise la main à la poche pour ce chantier qui absorberait plus de la moitié du budget. Mais avec la manne du pétrole… Du pétrole contre de l’eau, somme toute.
Ça avait bien provoqué quelques petites discussions, quelques doutes, mais l’entourage du grand chef s’était rallié à sa brillante idée et ça n’avait pas traîné pour qu’une entreprise prenne le marché… de dupes, à terme.

— Excellent !
— Tout simplement génial !
— Et dans l’cul la balayette pour ces connards d’Européens qui nous arnaquent sur le prix des légumes
.— Y’a quand même un petit problème, les gars : les engrais. On va les trouver où ces satanés engrais ? » avait osé dire un proche ayant d’évidentes tendances suicidaires.

Chacun s’était tourné vers le grand chef, quémandant du regard la réponse qui serait immanquablement éclairée.
Prenant cette attitude d’humilité qui le caractérise, Mouammar avait réajusté ses lunettes de soleil, lorgné d’un drôle d’air compatissant l’inconscient de service.
« Les prisons ! » avait-il lâché tout net avant de dévoiler ce que son génie avait concocté.
« Bourrées de matières premières, les prisons. Abou Salim, Jedidah… Phase 1 : récolte des merdes des prisonniers les moins affamés, et épandage. Phase 2 :  renouvellement du stock, arrestations, exécutions. Phase 3 : charniers pour le compost. Me dites pas que c’est génial, je le sais.»

— Trop fort ! Je m’occupe de la régulation. Les surplus, on en fait quoi ?
— Bouffe et savon. En tant que ministre de la consommation, j’assure.
— Les charniers, je veux dire les restes des excédents, ça va pas un peu trop dégager ? Moi je serais d’avis d’y balancer de l’acide, parce que la puanteur, merci… 
— Pas con. Puis après ça, va retrouver qui est qui.

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans actualités, Libye, vivre et mourir, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Les prisons de Kadhafi le visionnaire

  1. Charles Joseph dit :

    Le moins qu’on puisse dire, intéressant

  2. Mauviris dit :

    Terrible ! Et pourtant, c’est certainement la vérité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s