Kim Jong-il est mort, vive Václav Havel

Je suis défait, désemparé, largué, abandonné, paumé et plus triste qu’un clown triste  de Corée du nord, c’est pour dire.  Mais pourquoi ? vous demandez-vous, prêts à sortir vos mouchoirs de Chollet, taille XL, à peine plus petits qu’un stade de football. La mort de Václav Havel ? Allons, allons ! Il faudrait avoir de l’humour pour être éprouvé par sa disparition. Et si j’ai des qualités à revendre et des défauts encore plus, l’humour ne fait pas partie de ces derniers. Pleurer parce qu’un humaniste s’est fait la malle ? Par ces temps voués au matérialisme, à la consommation, à la chienlit, à la philosophie de comptoir d’un BHL, aux pipols, à la bêtise érigée en tant que valeur suprême par nos gouvernants (non : je ne citerai ni le nom de Claude Guéant, ni celui du Ch’tit, ni celui des autres qui se reconnaîtront), et à la mise en bière de la culture, vous n’y pensez tout de même pas sérieusement ? Václav Havel, je n’en ai rien à faire et je ne risque même pas de lui souhaiter de reposer en paix. Vouloir reposer en paix, c’est bon pour les va-t-en guerre, pas pour les Václav Havel et ceux de son espèce.

Non, si je se suis défait, désemparé, etc., c’est parce celui qui fut un père pour moi, presque autant que le furent Lénine, Staline, Hitler, Pol Pot et autres grands hommes chers à mon cœur ranci, celui qui pour toujours restera ce modèle inatteignable tant grande était sa grandeur, est mort. Kim Jong-il est mort, nom de dieu, paix à son âme. Dieu l’a rappelé auprès de lui, re-nom de Dieu. Alors qu’il était en train de voyager en train, c’est Dieu pas possible.
Mort. Pourtant, je le sens près de moi, près de ce peuple tant aimé qu’il aima tant, ce peuple qui lui rendit son amour paternel et lui rend encore aujourd’hui par l’hommage qu’il lui rend, prêt qu’il est à en découdre avec la Corée du sud et le Japon, qu’on se demande pourquoi ces pays n’ont pas encore reçu une bombe atomique made in Corée du nord sur leur tronche de lune orgueilleuse.

Voilà, c’est dit. Ce qui n’est pas encore dit, c’est que je suis maintenant orphelin. Un orphelin de père, dont la mère –ma patrie, de cœur, du bien être et de la joie de vivre, je cite la Corée du nord–, heureusement, est encore bien vivante, nourrie par l’amour filial transmis de père en fils, de Kim-Il-sung  à Kim-Jong-Un, en passant par mon père, je veux dire Kim-Jong-il.
Que va faire Kim-Jong-Un ? Ce qui lui a été révélé d’avoir à faire, à savoir suivre la ligne de conduite tracée par son digne père : éclairer le monde par la lumière fulgurante d’une bombe atomique, afin que cessent les ténèbres.
C’est pour cela que, malgré ce chagrin qui me poigne, et versant une dernière larme, je me joins à la douleur présente et à venir de cette incarnation de la Lumière qu’est devenu Kim-Jong-Un, le “Grand héritier” à qui j’adresse, dans le désordre qui lui va si bien : mes condoléances affectées,  le refus de ma grâce, une tripotée de coups de pied dans le cul, une banane et un rideau de théatre que je décrocherai de la scène pour lui en faire un linceul.

Kim-Jong-il est mort, vive Václav Havel.

 

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans actualités, humour, nouvelles du monde, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s