Le Ch’tiot, Iznogoud, Mèmed le Mince : un divorce franco-turc

Trop fort le ch’tiot. Fort comme un Turc. Ceci dit, ce qu’il nous fait, c’est quand même un peu fort de café, de café turc. Pour preuve le marc qui se décante et qui, contrairement au limon, ne saurait être fertile. Moins stérile qu’il n’y paraît, le marc de café ? Peut-être, à condition de savoir décrypter ce que génèrent les décisions que nous prenons, cette lecture se faisant bien autrement qu’avec la seule pensée rationnelle d’un gugus bouffi d’orgueil et assoiffé de pouvoir. Dommage pour lui et pour le pays qu’il renâcle à faire appel à la voyance, cet état de conscience qui, même s’il ne délivre pas de clé, permet au moins de s’interroger sur le bien fondé de nos actes. Et dont les résultats, tous comptes faits, ne sont pas pires que ceux qui font appel aux savoirs délivrés par les grandes écoles.
Le ch’tiot et ses comparses, car il s’agit bien de comparses, ne fondent leurs actes que sur les dividendes qu’ils peuvent percevoir : pouvoir et argent. Ce qu’on trouve peut-être aussi chez les cloportes pour peu qu’on perce leur intimité. Mais rassurons-nous et rassurons-le : il n’est pas le seul des postulants à un quelconque pouvoir à se comporter ainsi, et chacun, à bâbord comme à tribord, use de ses subterfuges en louvoyant d’un électorat à l’autre pour gagner les plus hauts échelons.

Fonçant sur la brèche électoraliste, le Ch’tiot, aux antipodes de Mèmed le Mince –un réfractaire au pouvoir et à la bêtise, sous toutes leurs formes– dénonce bêtement ce qui déjà le fut, magouille comme un Iznogoud, décrète comme un demi-dieu ominipotent issu en ligne directe de la cuisse de son père –Jupiter– et, s’adressant de sa grandeur à la communauté internationale, joue les justiciers sans même se rendre compte que le costume de Zorro lui va comme un gland à un castra.
Comportement des plus étranges, généralement réservé à ce type de schizophrènes dont la spécialité est l’aptitude qu’ils ont à scier la branche sur laquelle leur équilibre instable leur permet tout juste de pisser sur ceux qui les ont aidés à grimper dans l’arbre. Plus les homme sont petits, plus ils veulent paraître grands.

Le Ch’tiot prend vraiment les Turcs, mais aussi les Arméniens pour ce qu’ils ne sont pas, et SES ressortissants pour ce qu’ils sont vraiment : des veaux. Et les veaux ont cette particularité d’être élevés pour être menés à l’abattoir. 

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans actualités, allégorie, nouvelles du monde, politique, économie, Turquie, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s