Désincarnation

Ce qui m’arrive ne m’a pas surpris. Je m’y attendais, vous pensez, depuis le temps… Quel temps ? Ne vous faites pas plus nigaud que vous ne l’êtes : vous aussi vieillissez, ne vous en déplaise.
Et qroi ? vous entends-je croasser, avant qu’un rimailleur en mal de vers pour décrire ce qu’il sera comme vous devenu, après que les âges l’auront sérieusement décati, ne vous arrache une dernière plume pour œuvrer à sa postérité et à la vôtre. Et quoi ? vous ois-je coasser de l’étroit rebord d’un bénitier, naïf que vous êtes à prier dieu pour qu’il ôte de votre vue ces punaises qui vous importunent et auxquelles vous déniez le droit, pourtant légitime, de s’afficher à vos côtés avant de vous épingler.
Je suis désincarné, voilà tout, vocable bien surprenant de ce côté-ci qui n’en a point d’autre, si ce n’est, peut-être ce qu’on pourrait nommer néant, encore que celui-ci soit innommable, ce me semble.
Je flotte. Sans moi ou sans ce je, si vous préférez. Quelque chose flotte qui fut ce moi, savant mélange de viande, d’os et autres composants, ce moi qui, pour se rassurer, s’inventa ce qu’avec d’autres il qualifia de conscience, belle trouvaille. 
Je vois, sans plus ressentir que ne le font ces autres objets qui m’entourent, car devenu objet parmi d’autres auxquels je prêtais hier encore des pouvoirs qu’ils n’auraient jamais eus sans ce paravent à la peur qu’on appelle générosité pour ne pas dire prêt sur gages.
Voyant mes restes, d’aucuns leur confèrent des pouvoirs qu’ils ne savent avoir, le savoir n’étant pas plus en vogue ici qu’il ne l’est dans ces loteries où les hommes se déchirent ce qu’ils pensent être les plus gros lots, en fait des vessies qu’ils prennent pour des lanternes.
On se bat plus pour le pouvoir que pour le savoir. Grand mystère, on le paie de sa vie sans en avoir la moindre parcelle de conscience.
Le pire, dans la désincarnation, c’est qu’on n’erre pas, même pas en rêve. Car la désincarnation n’est pas une expérience.

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans délires, hermétisme & fumisterie, identité, littérature, philosophie d'ivrogne, est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s