Les dangers du bronzage

On l’a dans le baba, j’entends dire au bistrot un gonze imbibé de rhum que t’aurais dit la Martinique à lui tout seul.
Je te l’ai traîné au poste. Les mecs qui disent des trucs comme ça, faut pas les louper. Je parle des bronzés.
Ouaille ? l’ai-je gégèné, sachant que sans ça, même qu’heureusement qu’on y a pas tout foutu à la décharge, il aurait fermé son clapet, ce qui, parenthèse, n’aurait pas été une mauvaise chose, son haleine alcoolisée de bestiau de ch’sais pas où ayant un petit truc à voir avec celle des chacaux. Fais pas chier, je sais que chacaux, ça s’écrit pas comme ça., mais si on n’a même plus le droit d’être singulier, on va où ?
J’ai manivellé plus vite, ouf, ouf. Faut dire qu’avec la gégène, y’a pas que le gus que tu veux faire causer qui en sue, que tu te demandes si c’est pas de la pisse. Tiens, fais-y donc, si t’y crois pas. Là où y’a de la gégène, y’a pas de plaisir, j’aime autant te dire que c’est pas du bidon. Ô les cons qui s’imaginent que si, j’aimerais te les y voir.
Bon. Le gars, il insiste lourdement. Je tourne plus vite.
Et tu sais quoi ? Il déballe, le con.
Je te dis pas le matos. Les noms, prénoms, surnoms, taille de la taille, tour de taille, âge de la première communion et de la première branlette, si sa mère trompe son père et si vice versa, sa frangine c’est quoi qu’elle fout à 2 heures du mat à traîner qu’on sait même pas où, et tout et tout. Il a pas de père ? Tu m’étonnes,
Pas fier, le gars, j’te l’dis. Maman, qu’il gueulait, pire qu’un pourceau, et nom de dieu, c’est pas les pourceaux que j’ai égorgés qui manquent. Enfin, si, parce qu’à c’jour, sûr qu’ils manquent à l’appel. Maman ou un truc tout pareil. Ces gars là, c’est pas le français qui leur écorche la langue.
Tu vas avouer, oui ou merde. Quand je leur dis ça, je me marre, parce qu’ils ont déjà tout déballé, tu parles. Notre vitrine est petite, mais notre choix est grand. Sauf que sa vitrine, sûr qu’il y a eu un casse.
Le mec i’m’regarde. Moi je l’regarde et j’te lui en tire une que c’est bizarre que sa tête ait pas fait deux fois le tour. Pas normal. Alors je remets ça.
Le train-train, quoi.
Les négres, c’est génial, à cause que les bleus ça se voit pas tant que ça.. Et même d’autres choses. De toutes façons, vaut mieux pour eux qu’ils se la ferment.

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans éthique, civilisations, racisme, savoir-vivre, société, est tagué , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s