Condamné à mort

« Affaire suivante » a gueulé un des types en unifrme kaki, celui assis de l’autre côté de la barrière tout en haut de l’estrade, au beau milieu. Quand je dis kaki, c’est en faisant abstraction des kilos de médailles qui lui pendaient de tous bords.
Si je n’avais pas reçu un coup de pied au cul et un coup de ce satané bâton, je n’aurais pas compris que c’était mon tour et je serais resté à attendre avec les autres. Les coups de bâton, à la longue, ça renforce les épaules et le dos.
« Nam ù krisnam » a gueulé en moins fort un autre type en costume en moche kaki, avec un béret, mais avec moins de sardines sur les manches de sa vareuse et seulement une médaille.
Deux violents coups de bâton sur les épaules. « No répeta dué. Nam ù krisnam »
Des nom et prénom, j’en ai jamais eus. Faut des moyens pour ça, et c’est pas avec là d’où je viens que je risque d’en avoir. Mon père non plus en a jamais eu, encore moins ma mère. Du coup, j’ai jamais eu la garantie que ce bonhomme était mon père, mais de là où je viens, ça serait pas une preuve non plus.
Au camp, il y avait que les gardes pour avoir des noms, encore qu’il y en a plein qui avaient le même. Des noms qu’ils partageaient, comme Zolda ou Kaporal. Des Zolda, rien que dans notre zone, c’est pas loin de 50 qu’il y en avait, pour pas plus de 10 Kaporal. Les autres, dès qu’ils avaient des dessins sur les manches ou au revers de leur vareuse, ils avaient un nom presque à eux tout seul, mais pas complètement. Serjon, y’en avait six pour seulement quatre Serjmayor et deux Nadjupète : un vieux briscard et un autre brisecouille. Brisecouille, c’est le nom qu’on leur donnait à tous ces salopards de garde-chiourmes : Brisecouille as, Briscouille roi, Brisecouille valet, selon leur rang dans la connerie et la sauvagerie. Une idée de Gégé, un mec qu’avait écopé de 250 ans hors taxes, pour pas avoir été dans le moule, comme nous tous. 250 ans ou moins, ça comptait pas, puisqu’on était tous gentiment conviés à la pendaison. Au-dessus des Nadjupète, y’avait un dénommé Pitène, un gras-du-bide qui pavanait dans le camp les jours où où il était pas bourré. Les autres jours n’existaient pas. Bref, plus ils avaient de dessins, de badges et de bimbeloterie sur la poitrine, plus ils avaient leur nom en propre, rien qu’à eux. 
120 ans j’ai pris. Quand je pense qu’il y en a qui râlent que la vie est trop courte ou trop longue, ça me fait marrer. Ici, la vie n’est ni courte ni longue : elle n’existe pas, elle n’existe plus.
Pan ! a fait le marteau du juge. Condamné à 120 ans et à mort en même temps. Comme si je ne m’y attendais pas.
Alors on m’a amené au gibet. Brisecouille valet m’a poussé au-dessus de la trappe, m’a passé la corde au cou, a actionné l’ingénieux système qui m’a fait passer de la mort au trépas. J’ai trépassé, sans m’en rendre compte, sans appeler ni ma mère, ni mon père. Va appeler tes parents quand tu ne connais pas leur nom parce qu’ils n’en ont jamais eu.
Des nom et prénom, j’en ai jamais eus. Faut des moyens pour ça, et c’est pas avec là d’où je viens que je risque d’en avoir. Mon père non plus en a jamais eu, encore moins ma mère. Du coup, j’ai jamais eu la garantie que ce bonhomme était mon père, mais de là où je viens, ça serait pas une preuve non plus. Comme pour ma mère, parce que nos mères, on nous les collait comme ça, au hasard.
Juste avant de m’éteindre, j’ai eu la chance et le temps de voir un soleil rouge sang se coucher derrière les montagnes.

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans allégorie, écrits libres, civilisations, littérature, vivre et mourir, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Condamné à mort

  1. fou du roi dit :

    Terrible, et plus profond qu’il n’y parait.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s