Une Europe qui file du mauvais coton

L’Europe file du très mauvais coton. Ou plutôt elle n’en file plus du tout. C’est à cause des Chinois. Ils sont forts les Chinois, on dirait pas, qu’ils auraient même supplanté les Russes en tant que boucs émissaires. Dans les années 60, les vieux de par chez nous, quand quèque chose marchait pas, c’est un coup des Russes, qu’ils disaient. Le temps pourri ? C’est un coup des Russes, avec c’qu’ils envoient là-haut. Les patates qu’ont pas donné, c’t’année ? C’est un coup des Russes, à cause qu’ils détraquent le temps, avec leurs saloperies qu’ils balancent là-haut. Et les impôts qu’ont encore augmenté, sûr que c’est encore un coup des Russes, avec les politicards qui sont cul et ch’mise avec eux.
S’en sortent bien les Russes, aujourd’hui, que les boucs émissaires, c’est les Chinois qu’ont pris le rôle. D’accord, ça durera p’têt pas la vie des rats, paraît que ça remue là-bas, que le peuple, les conneries du Parti, ça commence à bien faire.
 C’est pas que j’ai quèque chose contre les Chinois et c’est pas non plus que c’est le contraire, mais quand même, leur bouffe, c’est pas ça. Comme leurs frusques, parce qu’il faut voir ça… Quatre caleçons, que je m’ai retrouvé le cul marron, que ça a déteint. Le coton, c’est nous qu’on devrait y faire, comme on y faisait avant, au lieu de leur faire du transfert de technologie, qu’ils disent. Tiens, qu’ils en fabriquent des avions et des trains, sans les usines clés en main qu’on leur donne, jusqu’aux plans. Le coton qu’ils faisaient à Roubaix et dans le coin, c’était p’têt pas bien ? Même les mouchoirs de Cholet, je vais te dire, c’est là-bas qu’ils y fabriquent, c’est sûr. Ils y font venir en avion, ceux qu’ils ont fabriqué avec les plans qu’on leur a donnés. La lutherie de Mirecourt, vous croyez quoi, qu’elle vient de Mirecourt ? Ben voyons ! Et j’aime autant pas parler de la dentelle du Puy, des andouilles de Vire, des bêtises de Cambrai, du Bleu d’Auvergne, de la moutarde de Dijon, du nougat de Montélimar, des Calissons d’Aix, de l’eau de Vichy, des saucisses de Strasbourg, du crottin de Chavignol,  de l’andouillette de Troyes, du cassoulet de Castelnaudary, de la Bergamote de Nancy, des mogettes de Charente, du vase de Soissons et du pont d’Avignon. Oui, çui de Nantes aussi. Du Gard, de Tancarville, tout pareil. Du pont d’Ain, si tu veux. Tout du made in China, que c’est écrit dessus en tout petit, et en chinois, comme ça tu comprends pas où c’est fabriqué, et comme ton charcutier c’est de l’andouille de Vire que tu lui as demandé, tu crois que c’en est, tu fais confiance.

Tu me diras, l’Europe avec le coton qu’elle fait plus, c’est pareil pour l’acier, comme pour la hifi, comme pour le papier, comme pour les meubles, comme pour tout, et bientôt, je vais te dire, ça sera le tour des gonzesses. C’est pas des conneries, c’que je dis. Les gonzesses, ça sera aussi du made in China, marqué dessus. Et pas cons, les Chinois, leurs gonzesses qu’ils vont envoyer, finis les yeux bridés et tout ça, qu’on pourra croire qu’elles viennent de la Creuse, du Cantal ou même de Bretagne. À moins que ces cons, on leur aurait vendu une usine clé en main de gonzesses  de Plougastel Daoulas, qu’on verrait bien qu’elles viennent de Chine et pas de Bretagne, si jamais elles portaient une coiffe. Pas une coiffe en dentelle du Puy, ça je peux y assurer. Je dis les gonzesses, mais ils commencent à faire pareil avec les mecs, que tu parierais pas que c’est du cent pour cent pur sang limougeot, mais que ça ferait bien assez l’affaire.

Ils sont balaizes, les Chinois. Ils nous vendent leur saloperies qu’on paie la peau des fesses, vu ce qu’ils paient leur main d’œuvre, que c’est honteux, et avec les bénefs, ils font quoi ? Ils s’offrent tout ce qu’ils veulent ici, de par chez nous. Quand je dis tout, c’est tout : les usines, les immeubles, les hôtels, les terrains, les rues, les rivières, les lacs, le pays tout entier, quoi. Pis avec les gonzesses qu’ils infiltrent, c’est pas plus compliqué que de manger leurs saloperies avec des baguettes.
Et après on va devenir quoi, plutôt que de continuer à filer du coton ? Des esclaves qu’on aura juste à nettoyer les chiottes des parcs d’attraction. Parce que l’Europe, ça sera plus qu’un grand parc d’attraction, avec même des cimetières, que bientôt ils auront plus de place chez eux pour enterrer leurs morts. Des esclaves et on aura intérêt à filer coton, moi je vous le dis. Les Chinois, c’est à la baguette que ça fait marcher les choses. Y’a qu’à voir chez eux.

Les Chinois, il n’y a pas qu’eux ?  Je veux, qu’il y a pas qu’eux, fichtre ! Avec les Indiens, les Brésiliens aussi, la relève est prète. Eux, c’est p’têt bien  la Chine qu’ils s’offriront, ben tiens !

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans affaires, business, activités, Chine, civilisations, Europe, International, est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s