Franchir la ligne rouge

Ils me fatiguent avec leur ligne rouge. Seriez pas sur le point de la franchir, la ligne rouge ? ils demandent dans le poste à je sais pas qui, même que des fois c’est pareil à la radio ou à la télé. Même au bistrot ça en cause de cette satanée ligne rouge que moi, j’aurais vu qu’elle existe que j’y saurais, et les potes aussi, qu’on n’est pas plus couillons que d’autres, pour preuve que les prestations, on n’est pas les derniers à les toucher.
S’approcher de la ligne rouge, paraît que c’est déjà se mettre en danger, qu’ils disent. Et la franchir, c’est quoi ? je leur demande. Et c’est-i pareil ou pas si on y fait deux-trois pas aller-retour ou si, une fois qu’on l’a franchie, on cavale jusqu’au bout du fin fond des confins ? Et si jamais y en a une de ligne rouge, c’est où qu’elle se niche ?
Le danger, je fraie pas tant avec, que question fréquentations, y’a mieux. Et si ça se trouve, même si personne y a cherché, c’est à cause que le danger j’y laisse aux autres que la ligne rouge j’en ai jamais vu la couleur, et que sa couleur, moi je dis qu’il faut pas être bien malin pour la deviner.
Et ça fait quoi de la franchir, ta ligne rouge ? que j’ai demandé au gars dans le poste, celui qu’avait dit être en danger.
Des emmerdes, ça fait, des emmerdes, mais aussi du beuze, qu’il m’a répondu. Sauf que pour le beuze, faut du réseau. Le beuze, c’est ce qui fait qu’on parle de toi, du coup tu existes, sinon faut pas y compter.
Le beuze j’en ai rien à cirer, et les emmerdes, ils peuvent se les garder, j’en ai quasi eu mon compte de lots.
Les emmerdes, il a continué, c’est à cause que, passer la ligne rouge, ça serait comme passer au rouge au nez de la maison poulaga, trop contente d’avoir quelque chose à faire plutôt que de se barber. Bref, franchir la ligne rouge, c’est répressible.
Répréhensible, je l’ai repris, y’a des limites à tout, et la langue, faut pas y toucher.
La ligne rouge qu’on passe, il a expliqué, c’est pas conseillé, à cause que c’est interdit. C’est comme l’histoire d’Adam et de sa pomme, que le bon dieu il en a avalé de travers quand le premier homme, sous prétexte qu’il voulait être plus que premier, il a voulu aller voir ce qui se cachait derrière l’arbre. À mon avis, c’était la forêt que dieu venait de faire pousser vite fait bien fait pour que des singes puissent se balancer de branches en branches. L’évolution, quoi.

franchissement_ligne_rouge_e

J’ai coupé le poste et rangé les morceaux pour ne pas me mettre en danger au cas où je voudrais le refaire marcher. J’ai fait mon balluchon, ai fermé la porte, ai accroché la clé au clou avant de m’y installer et de pédaler comme un dératé. Direction les confins, je me suis dit sans le penser plus que ça.
Et je suis tombé dessus. Une belle ligne rouge tendue en travers de la route. Plus un panneau STOP, suivi d’un autre SENS INTERDIT, et d’un troisième CIRCULATION INTERDITE, etc., juste au cas où je n’aie pas compris.
Si j’ai accéléré, passé la 4e, et foncé ? Ben… c’est que j’en sais trop rien.

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans communication, langage, lieux communs, philosophie d'ivrogne, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s