Des terroristes fous de Dieu couillonnés

Je m’attendais à apprendre l’assassinat compréhensible et attendu du pape, celui plus incertain de Poutine ou celui, par erreur pas tout à fait accidentelle de l’amant de ma femme, et puis vlan, la nouvelle est tombée. En trois jours de suie de janvier 2015, l’équipe de coureurs de fond, d’utopie libertaire et de jupons de Charlie Hebdo a été malproprement dessoudée par des terroristes, qui en ont profité au passage pour faire quelques cartons gratuits. Ils n’en sont pas restés là, une fringale ayant amené un des leurs à rayer de l’effectif de la police une innocente flicaillonne, avant de se rendre dans une épicerie casher y débiter quelque agneau du sacrifice.
Atteints peut-être par les ricochets qu’auraient pu engendrer des tirs nourris, les trois salopiots responsables des massacres n’ont hélas pas survécu, ce qui ne permettra pas à la justice de les traduire pour collusion avec l’ennemi, haute trahison et autres broutilles, avant de les pendre très haut et très court.
Ceux qui les inféodent, les mènent par le bout du nez et se terrent pour échapper à la juste vindicte des hommes libres ne leur ont rien dit des vices qui les habitent, ni de leurs turpitudes, de leur orgueil, de leur soif de pouvoir et de sang. Ils ont tu leur déloyauté qui, en ces jours, les a amenés à trancher la gorge à leurs serviteurs serviles et aveugles qu’ils ont, de fait, envoyés en enfer. Des vierges abusivement promises, mais trop battues et violées, les sbires désabusés ne vont trouver que de tristes dépouilles puantes qui vont leur rire au nez. Se plaindraient-ils à Qui de droit –Dieu–, que Celui-ci, ayant épuisé en vain toute compassion et mansuétude, leur soufflera de s’adresser, plus bas, très bas, à leurs chefs vaniteux, ses soi-disant représentants.

« Et que Dieu, donc moi-même, ne vous garde pas », leur dira-t-il en les envoyant se faire foutre.

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans actualités, Charlie Hebdo, croyances, terrorisme, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s