Une vie de solitude

Où étais-tu pendant que, perdu à 10 000 kilomètres d’ici, et doigts de pied en éventail je sirotais un cocktail divin ?
Où étais-tu pendant qu’une demie douzaine de splendides créatures me déclaraient leur flamme dans un lieu paradisiaque ?
Où étais-tu lorsque j’ai gagné le super gros lot de 50 millions de dollars et me suis retrouvé à la tête d’une énorme fortune ?
Où étais-tu et que faisais-tu de si important pour ne pas être venu me féliciter à Stockholm ce fameux 10 décembre pour la remise de mon prix Nobel d’économie ?
Où étais-tu aussi lors de cette cérémonie officielle où le Président des États unis en personne m’a remis la Presidential Medal of Freedom ?
Où étais-tu quand on m’a enterré en grande pompe avec tous les honneurs de la nation ? Où étais-tu, cette fois comme les autres ? Tu n’étais pas là, tu n’as jamais été présent à mes côtés pour partager ces instants de bonheur ou de gloire. Tu n’as jamais été là, et bien sûr, tu n’as rien fait, rien, tu n’as jamais rien fait pour moi. Tu m’as abandonné à cette terrible solitude des nantis et des grands de ce monde.
Tu t’es toujours comporté en égoïste.

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans psychologie, relations humaines, sentiments, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s