Archives par mot-clef : mère

Un calendrier pour un temps de bonheurs

Un calendrier (presque) perpétuel pour des années de bonheurs à venir. Lire la suite

Évaluez ceci :

Publicités
Publié dans actualités, fantastique, littérature, nouvelles et contes, temps qui passe, vivre et mourir | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Un infernal cycle de vie

La vie, un éternel recommencement ? Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans famille, parents, enfants, humour, les autres, littérature, nouvelles et contes, religions, idéologies, vivre et mourir | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Prendre de bonnes résolutions

La fin d’année arrive à fond de train les galipettes, rapide comme une marée montante qui fonce à la vitesse d’un cheval au galop sur une pente descendante. C’est l’hiver et le sale temps des bilans, celui du verglas, des batteries à plat, je ne parle pas que de celles des bagnoles. On se survitamine, se surchauffe, se surbourre, se survêt si on a de quoi. Le regard ailleurs, on se déleste de quelque menue monnaie hâtivement jetée dans l’escarcelle cabossée d’un crève-la-faim. Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans actualités, consommation, les autres, quotidien, savoir-vivre, société, vivre et mourir | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Condamné à mort

« Affaire suivante » a gueulé un des types en unifrme kaki, celui assis de l’autre côté de la barrière tout en haut de l’estrade, au beau milieu. Quand je dis kaki, c’est en faisant abstraction des kilos de médailles qui lui pendaient de tous bords.
Si je n’avais pas reçu un coup de pied au cul et un coup de ce satané bâton, je n’aurais pas compris que c’était mon tour et je serais resté à attendre avec les autres. Les coups de bâton, à la longue, ça renforce les épaules et le dos. Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans allégorie, écrits libres, civilisations, littérature, vivre et mourir | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 commentaires

On ne voit pas le temps passer

Putaing, j’ai pas vu Noël passer et encore moins le Jour de l’an, et vl’à-ti-pas qu’on est déjà à Pâques, me demandez pas de quelle ânée sans mettre le son, sinon j’y entends rien, à cause que l’âge, vous savez avec, en plus, que les tempêtes de sable ont rien arrangé. Faut dire que du côté de ma mer je suis lisutanien ou presque, ce qui n’arrange rien, et que ces cons qui pensent qu’à maçonner, ils ont pas pensé à planter oyats… Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans écrits libres, famille, parents, enfants, identité, littérature, religions, idéologies, société | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Ce qu’être signifie

il ma fallu plein danniversaires pour oublier les apostrophes les points les virgules ou plutôt pour me rendre compte quils nexistaient pas
dans plein dautres anniversaires je comprendrai que les mots nexistent pas non plus
alors je saurai peut-être ce quêtre signifie
Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans écrits libres, délires, littérature | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Mauvaise nouvelle

J’ai appris ce matin par le Journal du Matin la disparition d’une amie de ma grand-mère maternelle –madame Bloux–, toujours du côté de mon père quand mes parents s’enguirlandaient. On ne s’engueulait pas, à l’époque. Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans délires, littérature, nouvelles et contes | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

mY nAme iS piErrE vAisSieRE

Vous êtes bien Pierre Vaissière ? Oui que j’lui ai dit. Que me vaut ? Et qu’on ne me dise pas qu’il y en a d’autres. Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans identité, littérature, nouvelles et contes, projection, société | Tagué , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Des Évangélistes pour guérir les homos

Torrents de vie, une association évangélique qui aide les homosexuels à revenir sur le droit chemin. Guérir les homos, si ça c’est pas de la compassion, je me les coupe. Parce que, c’est bien connu, à une époque pas si reculée que ça, pour les soigner, on leur offrait le gaz, gratos. Avec tout le confort d’une jolie chambre, une chambre à gaz, quoi. Progrès majeur si on considère une époque plus lointaine où on faisait ça à petit feu. Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans actualités, obscurantisme, intolérance, projection, société | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire