Centrales nucléaires : une nouvelle génération sécurisée

Votre centrale nucléaire fait des siennes et vous voudriez vous en débarrasser ? Avec les systèmes actuel, la tâche est ardue, colossale, et on a beau faire, de très nombreux déchets radiocatifs des plus encombrants subsistent.
C’est pourquoi notre société, leader dans le domaine de l’énergie nucléaire, vient de mettre au point 2 nouveaux types de centrales qu’à n’en pas douter vous aurez à coeur de commander pour répondre aux demandes croissantes d’énergie, mais aussi de sécurité.

Jet : une centrale nucleaire secure

La centrale nucléaire JET (dans sa version "pop") à décollage vertical, prenant son envol, éliminant ainsi tout danger

Le modèle JET
Partant d’un modèle standard de qualité, y est intégré un moteur à réaction d’une puissance égale à 90% de celle de l’énergie produite. L’ensemble des installations (réacteur, générateur de vapeur, groupes motompompes bâtiment combustible, etc., y compris les bâtiments annexes où les techiniciens assurent contrôle et maintenance) est construit en périphérie interne de la tour aéroréfrigérante.
En cas de défaillance de la centrale, un ingénieux système fiable à 105% selon les normes du C.O.N. (Centre d’Observation Nucléaire), fait dériver, dans un premier temps, 30% de l’énergie produite vers le système de propulsion, ce qui équivaut à la phase de mise à feu. Dans une deuxième phase l’ensemble de l’énergie produite est allouée à la propulsion.
Défiant les lois de la gravité la centrale se soulève, d’abord lourdement et laborieusement (ce qui se comprend, mais c’est étudié pour) puis prend la vitesse nécessaire pour s’élever dans l’azur, nimbée d’un voile vaporeux, sous le regard ébloui des employés de quatrième catégorie (dont l’acès à la centrale proprement dite est interdit) et des citadins éblouis (on le serait à moins avec les lueurs fulgurantes s’échappant des tuyères) qui peuvent observer ce spectacle quasi divin de leurs fenêtres, en se signant pour les uns ou poussant un ouf de  soulagement, chacun dans sa langue, pour les autres.
Ce n’est bientôt plus qu’un point qui bientôt disparaîtra sans le moindre risque de le voir grossir à nouveau s’il lui prenait l’envie de revenir vers la Terre. Ce qui est impensable donc impossible (car étudié pour), un système performant d’auto-guidage stabilisateur avec clapet anti-retour évitant toute retombée de la centrale.
Bien sûr et hélas, les techniciens et responsables sont du voyage, mais leur cœur empli de fierté leur fait vite oublier une situation quelque peu inconfortable qui, en tout état de cause, ne dure que peu de temps.
La centrale partie pour toujours, un astucieux système dévoile un monument érigé à la gloire de ces véritables héros qui se sont sacrifiés, et auprès duquel les familles éplorées peuvent venir prier et échanger leur point de vue sur la vanité des choses.

Le modèle DIABOLO.
Ce 2e modèle, dont la mise en oeuvre fait appel à l’insondable créativité de l’homme et à son habileté, présente l’avantage d’être d’une ludicité exemplaire, même si sa conception semble, à priori, être le fruit d’une pensée dépourvue de toute lucidité.
À l’instar du modèle Jet, tous les éléments de la centrale sont regroupés dans la tour aéroréfrigérante dont une taille nettement plus fine que celle des tours classiques signe une esthétique hors pair qui fait irrésistiblement penser à ce jeu que chacun connaît : le diabolo. Et la forme donnée à cette tour n’est pas le résultat d’une seule quête esthétique, car cette tour est bel et bien un diabolo, en fait double hyperboloïde de révolution.
Ici aussi, au moindre incident qui pourrait éventuellement, et selon les sources émanant des autorités dont l’habilitation et les connaissances pointues en matière de catastrophes nucléaires ne font aucun doute… ici, au moindre incident qui pourrait être à l’origne d’un supposé accident, le système d’éjection se met en branle selon les phases suivantes.

1. Basculement de la centrale sur l’aire de jeu lancement.
2. Dégoupillage de son axe de contention.
3. Mise en tension et en mouvement +/- du câble actionné  par les bras articulés en fibre de carbone.
4. Accélération du mouvement rotatif en wraping.
5. Calculs de l’inclinaison optimale et de l’angle de tir (fenêtrage).
6. Balance gyroscopique.
7. Lancement par effet de tension nanométrique à variables aléatoirement inconstantes.

Cette septième et dernière phase est la plus spectaculaire, on s’en doute. Elle laisse ébahis, esbaudis émerveillés et pantois les badauds qui baguenaudent dans le coin et applaudissent de leurs deux mains (pour ceux qui, n’ayant pas encore été touchés par les radiations, en possèdent encore une paire). Quant au personnel de maintenance embarqué, nul doute qu’après avoir tenté de résister aux hauts le cœur et vertiges infligés par les mouvements de rotation du double hyperboloïde de révolution ils auront rendu l’âme avant même que le diabolo géant ne soit envoyé au diable vauvert.

Les deux modèles sont soit livrés en kit (conseillé), soit clé en main.
Tous deux sont proposés sous version luxe (avec décoration personnalisée) ou pop (avec sigle du Centre d’Observation Nucléaire –en anglais–, sur fond rouille), les deux versions comprenant le personnel de contrôle et de maintenance. Pour permettre une bonne intégration dans l’environnement, une option « humanisée » est disponible pour le modèle Diabolo où piliers et bras ont une apparence humaine.
Nous consulter pour les énergies développées et les délais de livraison.

 

Diabolo : une centrale nucleaire secureLa centrale Diabolo, dans une 1e phase de mise en rotation gyroscopique de la tour aéroréfrigérante (qui contient en fait l’ensemble des éléments constitutifs de la centrale)

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans affaires, business, activités, fantaisie, fantastique, humour, sciences, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Centrales nucléaires : une nouvelle génération sécurisée

  1. Charles Joseph dit :

    Délirant, délirant,délirant et super, d’autant que derrière cela il y a bien autre chose

  2. André Naline dit :

    Du vaissiere pur jus. Fallait y penser.

  3. PovFille dit :

    Ouaouh, de plus en plus délirant et imagnatif. Je m’éclate.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s