Carte Vitale biométrique, fichiers, vidéo-surveillance, et plus

Avertissement : merci aux lecteurs qui ignorent ce qu’est le second degré de passer leur chemin. Ce texte dénonce les dérives sécuritaires et n’est en rien l’apologie du racisme, du nazisme et autres gentillesses.

Une carte Vitale biométrique, moi je suis pour. De toute façon, dès que quelque chose de nouveau pointe son nez, je suis pour, surtout si c’est pour la sécurité. On est moderne ou pas, et moi, je suis moderne. J’ai été pour les caméras de vidéo surveillance et j’ai applaudi des deux moignons lorsque j’ai appris que tous les Français seraient fichés. Et que je vous dise, j’ai pas attendu 2002 et l’arrivée d’un vrai chef au ministère de l’Intérieur pour applaudir, ça non. Admirateur inconditionnel du Maréchal, j’ai tellement applaudi de 1940 à 1944, quand ils ont établi les fichiers, que j’y ai laissé mes deux mains. Vous auriez vu ça… J’aurais peut-être dû alors modérer mes élans, mais l’enthousiasme, on n’y peut rien.
Aujourd’hui, je regrette seulement de ne pouvoir désigner du doigt un métèque, et c’est pourtant pas c’qui manque, et de ne plus pouvoir utiliser mon Lüger. Dieu merci, mes trois arrière-petits-enfants l’entretiennent régulièrement. Chaque 16 juillet, en souvenir de la rafle du Vel’ d’Hiv’, ils le démontent, le graissent et s’entraînent au tir. Heinrich, le plus grand –il vient de boucler ses douze ans–, a déniché un coin tranquille dans le Vercors. Hermann et René poussent mon fauteuil roulant pendant que Heinrich dégote un bousquet bosquet où je serai à l’ombre. Ah, les bons petits gars !
Le fauteuil roulant ? La conséquence fâcheuse d’un accident à cette vacherie de Libération, qui a vu toutes nos belles valeurs s’envoler.
Après on casse la croûte et on vide quelques bières, Paulaner ou Spaten, nos préférées. C’est que la tortore et la bière, ils crachent pas dessus, les gamins. Quelle merveilleuse journée nous passons. Sauf une fois où j’ai dû me fâcher, à cause que René il avait pas refermé la boîte de graisse comme il faut. Les gosses, ça a pas bien conscience du prix des choses. Scheiße!, j’avais gueulé, tu crois p’têt qu’elle sort du supermarché ? Heinrich lui avait fait la leçon, que c’était pas pour rien qu’un aigle était dessiné dessus, et que le mot bizarrement écrit ça se disait Treblinka. C’est écrit en gothique, il lui avait expliqué. Menschlichem Fett, je sais plus ce que ça veut dire, mais je sais qu’un des deux mots ça veut dire graisse. L’arrière pépé, sûr qu’il y sait.
Une autre fois aussi j’avais râlé, quand ce goinfre de Hermann avait fait gicler la graisse d’une saucisse sur sa belle culottte de peau qu’on lui avait ramené de Bavière. 

Oui, quoi, tout ça pour dire que les fichiers, non seulement je suis pas contre, mais je suis pour. Les fichiers, les caméras, les flics -les vrais, comme en 40-, les mouchards, et je vais vous dire, ça tiendrait qu’à moi, j’en resterais pas là. Oui, les drones aussi.
Et pourquoi que je suis pour ? je vous demande. Ben tiens…

Sûr que j’en resterais pas là. En 42, c’est quoi qui a permis de faire du bon boulot ? C’est les “agents capteurs”, des bons p’tits gars bien de chez nous. Et croyez-moi, ils en ont capté de la racaille. Capturé, si vous voulez. D’accord, on n’est plus en 42, on est en 2012, et les fonctionnaires, c’est peut-être plus le moment d’en embaucher comme on avait fait, maintenant que c’est tout de la feignasserie de gauche, mais on a la technologie, nom de dieu ! Mes agents capteurs à moi, j’te les fourrerai dans le trou du cul de tous les citoyens. Une caméra dans le cul avec un micro, et j’aime autant te dire que, chacun espionnant l’autre et s’espionnant soi-même en temps réel, ça moufterait plus. De l’auto-surveillance, qu’on pourrait y appeler ou je sais pas, p’têt du délationning ou du cafting, ça fait moderne. Avec un K, ça aurait plus de gueule. Kafting. 
L’appareil lui-même ? C’est pas le choix qui manque, entre Informanter*, Video-Sensor* ou Video-censeur, ou je sais pas, c’est quand même pas à moi de me farcir  tout le boulot.
Ah, saloperie d’Épuration… Si je pouvais leur donner des coups de pied dans le cul à tous ces traîne savate des ministères ! Moi, je vais vous dire, même le président je le trouve trop mou. 

.

* NDLR
Informanter est un néologisme tiré de l’allemand Informant (délateur, dénonciateur)
Video-Sensor, de l’anglais sensor (capteur) ou de l’allemand Sensor (capteur)

Avertissement 2
Que les choses soient claires : selon nos informateurs que nous payons sans doute bien assez cher pour les conneries qu’ils nous rapportent, nous ne sommes, aujourd’hui, gouvernés ni par des nazis, ni par des fascistes, mais nous ignorons ce qu’il en sera demain où ceux-là mêmes qui auraient opté pour le tout sécuritaire (en établissant, entre autres, une pléthore de fichiers), pourraient, éventuellement, le regretter. Car combien de fois de soi-disant « raisons d’Etat » ont amené des dirigeants à prononcer décrets ou lois d’exception liberticides.
Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans actualités, grosse déconnante, humour, pan !, technologie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Carte Vitale biométrique, fichiers, vidéo-surveillance, et plus

  1. Un grand merci pour ce commentaire hors paire, qui n’en manque pas.

  2. Serrer les fesses… encore faut-il avoir envie de les serrer, ce qui n’est pas le cas de tout le monde. Pour preuve…

  3. Du côté de l’Allemagne le 31 janvier 1943.
    Le Sportpalast est bondé. Le public est frénétique et déchaîné: le peuple prend la parole. L’effet de mon discours est énorme. Je suis interrompu après chaque phrase, non seulement par des tempêtes et des applaudissements, mais encore par des interpellations passionnées. lorsque j’évoque nos efforts pour atteindre le stade de la guerre totale, on m’interpelle en criant « Il est grand temps, en effet! ». Ainsi donc, aux yeux du peuple, non seulement mes idées ne sont pas encore radicales, mais encore elles ne le sont pas assez. désormais on ne saurait presser trop fort sur le tube. La proclamation du Führer est accueillie avec émotion, et chaque passage marqué par une tempête d’applaudissements. nous ne pouvions espérer meilleur accès à l’âme du peuple. Lorsque mon discours touche à sa fin, le public se lève spontanément pour rendre hommage au Führer.
    Joseph Goebbels.

    Du côté de la France 5 avril 1943.
    En France, l’esprit de collaboration est revenu avec force au premier plan. Les Français cherchent à imprimer une nouvelle orientation à leur politique. mais il ne faut pas y attacher une grande importance. Ces derniers mois, les Français ont emprunté pour leur politique générale tant de routes, bonnes ou mauvaises, qu’on ne peut leur faire une grande confiance. Les Français n’arrivent pas à se décider entre une direction ou telle autre. Ils pensent pouvoir rester sur la réserve pour, tout à la fin, pouvoir peser sur le fléau de la balance. Ce calcul ne prendra évidemment pas. cette guerre n’est pas faite pour ceux qui attendent: il faut être un attaquant si l’on veut avoir son mot à dire une fois qu’elle sera terminée.
    Joseph Goebbels.

    Ces deux extraits caractérisant les états d’esprit des Allemands et des Français sont totalement inédits sur internet. Ils font partie du journal de Goebbels miraculeusement conservé sur des plaques de verre archivées dans les pièces blindées du FSB (ex-KGB). Je les perçois comme des prophéties. Leur rémanence influe sur notre avenir et l’on voit déjà ici et là refleurir les nationalismes exacerbés dans une Europe où les poids de la répression et de la délation augmentent de jour en jour. L’arsenal des cartes biométriques, des vidéos surveillances, des puces bientôt greffées dans nos moelles épinières et des éternels mouchards dénonçant leurs voisins depuis la nuit des temps, le tout servi par un internet triomphant, est à la disposition des nouveaux Goebbels politiquement corrects.
    Je gage que ces nouveaux prédateurs vont presser à leur tour sur le tube (de vaseline). Vous voilà arvertis chers compatriotes. Après les élections, serrez les fesses.
    Jean-Michel Thibaux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s