Extrême droite ou pas, je suis gagnant

Le Rivarol, je demande au gars qui tient le bouiboui bar-tabac-presse à l’angle de la rue Jeanne d’Arc et du boulevard Charles Martel. Une minute, me lance-t-il, pas rapide pour quelqu’un qui fait dans la presse.
Y’en a plus, il me dit, on a dû tout y vendre. Je chope le Paris Soir qui traîne sur la table d’à côté. C’est idiot, c’est çui de la veille, ça peut pas en être autrement. Tant pis, je lui dis, Au Pilori fera l’affaire.
J’attends. Une éternité.
J’ai plus que ça, il me dit en brandissant un Minute que je lui arrache de la main. L’intérêt, avec ce canard, c’est qu’on ne perd pas son temps. Mon petit noir servi, je suis au jus.
Youpin ! Youpi ! titre la une. On a gagné. La gauche et la droite l’ont dans le fion, on est les meilleurs, et ça n’est qu’un début.
Ça se félicite dans le canard, ça se congratule, ça se goberge, ça fanfaronne, ça se bleu-blanc-rouge, ça s’applaudit à se péter les phalanges. Ouf ! que j’me dis en expirant un grand coup, on est sauvés. Ça a un avant goût de mai 81, aux présidentielles. L’espoir renaît.
La une, c’est pas le tout. Alors je regarde dans le détail. Je cherche qui je connais, qui je ne connais pas parmi les heureux zélus. Par ordre alphabétique, ça m’aurait facilité la tâche. Aucune tête d’affiche ne se détache. Pas de Brasillach, pas plus de Barrès que de Drieu La Rochelle. Rien à Doriot, pas plus qu’à Morand. Le Céline déniché s’avère n’être qu’une Céline, le Vignancour n’est pas un Tixier, et le La Rochelle a perdu son Drieu. Le seul Daudet est un alphonse, rien à voir avec Léon, aucun intérêt.  Va falloir que je fraye d’un peu plus près avec ce nouveau beau monde sorti des urnes si je veux mener à bien ma politique à moi. Puis changer de fréquentations. Entre le Parti Populaire Français, La Cagoule, Occident et l’OAS ou ce qui  en reste, et il y en a, je devrais pouvoir me faire d’utiles relations.
En prévision des résultats électoraux, j’ai fait venir du Bengladesh d’une colonie un wagon de rouleaux de tissu, de la popeline, du drap, de la serge, plus du matelassé ; doublé de kevlar, ça se vend bien. Du pas cher, la moitié brun cramoisi, l’autre moitié noir de suie. Plus quelques pièces d’une cotonnade blanche. Le marron, c’est pour les nouveaux maîtres ; le noir pour ceux, venus de loin, qui voudront les déloger. La clientèle est toute trouvée, ne manquent plus que les intermédiaires. Les enveloppes kraft, ça fait des frais, mais plus on en distribue, plus ça rapporte. Aussi, nul souci de ce côté. Garantie de me faire mon beurre, j’ai racheté la chaîne de distribution «Au Bon Beurre». Les enseignes sont prêtes : texte blanc sur fond marron encerclé cerclé encerclé de noir. Hommage à une vraie citoyenne dont la France peut être fière, deux spots éclairent les lettres B. Quoiqu’il advienne, je suis paré.
Une fiesta de tous les diables se prépare, où ça va torgnoler et danser le rigodon au son de sacrés feux d’artifices.
Hosanna !

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans actualités, citoyenneté, humour décalé, idéologies, intégrisme, politique, économie, racisme, religions, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s