Sur la piste de la Camarde

lire auparavant l’article Échappée belle

— On l’avait. Y’avait plus qu’à le faucher, et on l’avait. Sans compter la prime. T’as beau être le chef, t’es le dernier des cons.
— Tu sais c’que ça vaut, le manque de respect ?  Tu le sais ? Alors tu me parles sur un autre ton. Pis j’te signale que t’as rien dit, et qui ne dit rien consent.
— Qu’on sent quoi ? Ce que j’sens, moi, c’est le roussi. Le roussi de l’enfer.
— Faut pas prononcer ce nom. I faut pas. Merde, alors, tu veux qu’on y aille ? Se retrouver à la circulation des âmes, merci ! Les tordus à gauche, les  salauds à droite… non merci ! Alors on va y faire.
— On va y faire quoi ?
— Ce qui nous y a dit au bistro, le gars de New York. On déniche la Camarde, et on se la fait.
— Mouais… À mon avis, c’est pas gagné.

Bob –mon second–, un abruti doublé de son clone, aussi abruti que l’original. Et moi, un idiot qui lui demande de la trouver et de passer me prendre.

« C’est sûr qu’elle est là ? T’as vérifié ?» que j’lui ai dit. Je l’avais déjà assaisonné, j’allais pas lui en remettre une couche, d’autant qu’avec celles qu’il se trimballe déjà.
C’est comme ça qu’on s’est retrouvé dans un coin paumé. Marignan, par là-bas en Europe que je savais même pas que ça existait. Un aéroport. Ceux du cru, i disent Marignanne.
De là, on a pris un bus. Pour ça, il avait bien fait les choses, Bob : billetterie, casse-dalle, plus les faux pliantes, à cause des douanes.
Je pige pas, que je me suis dit. Partir en week-end aussi loin, c’est bizarre. La Camarde, pas de doute, elle a les moyens, mais c’est pas d’être plein aux as qui fait que les jours comptent double. Son week-end, c’en est un à rallonges.
Des noms ont défilé : Martigues, Istres, plus d’autres plus petits. Bob il transpirait comme une truie, ce qui l’empêchait pas d’être pâle comme un visage de même couleur. La peur. Et moi-même j’en menais moins large que le grand large.

Dans le bus, sauf dans le fond où on avait l’air de parler comme chez nous, ça parlait une langue que j’ai pas l’habitude d’entendre et que j’avais même jamais entendue. Sans doute de l’européen, que j’ai dit. J’y comprenais rien et mon second encore moins, vous vous en doutez. Quand je dis rien, c’est façon de parler, parceque il y en avait plusieurs, je crois bien qu’ils parlaient de la Camarde, mais pas sûr. Pour une fois, p’têt que Bob s’était pas trompé et qu’on était sur la bonne piste. Mais si c’était le cas, les autres, qu’est-ce qui venaient faire ici ?
« Faudra être prudent », que j’ai dit à Bob. « Motus et bouche cousue, parce que va savoir si… »

Passé des vignobles à perte de vue, le bus s’est rangé sur un parking, à côté d’un autre, plus petit.
« Pour la visite de la Camargue, c’est le mini-bus » a dit notre chauffeur. Après il y a dit dans notre langue.
Bob, il est devenu blanc comme un linge d’angelot vierge. Et tout petit.

.

.

.

.

.

.

.

.

Débarqué du car, et con comme il est, il a pas pu s’empêcher de poser pour deux touristes qui causaient US. Le temps de reprendre de sa superbe il se l’est jouée décontracte dans un champ où glandaient des taureaux, tel un héros de légende. Clic-clac.
J’ai été à deux doigts de le planter là.

Au retour, on s’est fait coincer. Je me suis rappelé les photographes. C’est comme ça qu’on s’est retrouvé au chômage, sans indemnité. Les fautes professionnelles, ça pardonne pas.


Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans littérature, nouvelles et contes, pan !, vivre et mourir, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s